The Township of Bouchette in the Hull area of Quebec was named in his honour, as well as Bouchette Street in near the waterfront in Toronto.
Le canton de Bouchette dans la région de Hull au Québec a été nommé en son honneur, ainsi que la rue Bouchette près du front de mer à Toronto.

Joseph Bouchette, born in 1774 in Quebec City, was the the son of Colonel Jean Baptiste Bouchette, a topographer, and Marie Angelique Duhamel, daughter of Captain Julien Duhamel (1723-1778), of Quebec City. In 1775, General Guy CarletonCommander-in-Chief of the British Forces in North America, was surrounded by enemy forces and unable to escape. He was rescued by Col. Jean Baptiste who rescued the General and his family disguising them as French fishermen and rowing them along the Saint Lawrence River from Montreal, through the American lines, and up to Quebec City. This bold move reversed the outcome of the Battle of Quebec (1775), and for his part Joseph's father was rewarded with nearly 6,000 acres of land and considerable military advancements by a grateful Governor, Sir John Graves Simcoe. Like his father, Joseph Bouchette's career would be marked by a tradition of loyalty and devoted service to his country.

In 1790, Joseph entered the service of his uncle, Samuel Holland, the first Surveyor-General of British North America. (Prior to his arrival in Quebec, Holland had surveyed in the Maritimes) The following year he joined his father with the Royal Navy's Provincial Marine on the Great Lakes

In 1793, while serving on Lake Ontario, he came into contact with Governor John Graves Simcoe who commissioned him to make the first survey of the York Harbour, that included making maps of the Toronto Islands

Bouchette, a member of the Royal Canadian Volunteers, remained in York for sometime assisting Augustus Jones with surveying the new provincial capital. Bouchette's proposals for fortifying York as at Quebec City were not heeded, much to his dismay after the Battle of York.

In the fall of 1793 the HMS Onondega was run aground by a young lieutenant outside Toronto harbour and it was feared it could not be salvaged until after winter. After it had been abandoned Bouchette assumed command and distinguished himself by managing to get it afloat and sailing it back to Niagara on the Lake. In recognition of this feat, 20-year-old Joseph was promoted to second lieutenant in May 1794. 

In 1797, at the Notre Dame Cathedral in Montreal, Joseph married Adelaide Chaboillez and plus became a brother-in-law to Simon McTavish and Rodrick McKenzie of Terrebonne who was proprietor of the Manchester Mill in Rawdon.

In 1799 Bouchard was at Halifax studying military tactics under orders from the Duke of Kent with whom he had become friends. In 1801 Joseph returned to Quebec City in to take up the office of his now elderly uncle, Samuel Holland. 

In 1799, Bouchette was at Halifax studying military tactics under orders from

 the Duke of Kent, with whom he had become a friend. He returned to Quebec City in 1801 to take up in the offices (which he found in a state of great disorder) of his now elderly uncle, Samuel HollandSurveyor General of The Canadas. Bouchette reorganized the offices and Governor Robert Shore Milnes reported in 1802 that, "Mr. Bouchette has responded perfectly to the opinion which we had formed of him". Following the death of his uncle, Bouchette officially replaced him in August, 1803.

 During the War of 1812 he raised and commanded the Quebec Volunteers. In 1813, he was gazetted Lt. Col. on the Staff of Governor-General Sir George Prévost.

Surveyor General

His regional maps and two topographical descriptions of Lower Canada are still considered an essential reference for knowledge of the territory.

Extracts from

1824 Surveyor’s Report

Rawdon, Kildare, Kilkenny

I then proceeded to the visit and inspection of Rawdon, Kildare , and Kilkenny, on which subject I had the honour to report from Montreal, accompanying the same with a communication dated 24th August last, together with numerous documents touching the inquiries personally conducted by me then, and reported upon severally. I would therefore beg leave to refer thereto so far as they extend, and in embody in this general report such further observations, respecting the state of those townships, and their relative situation with the adjacent Seigneuries, to me appear necessary, commencing with Rawdon.

This township is bounded in front by the rear lines of the Seigneury of l’Assomption and La Chenaie, from which there are roads leading into the township. It is singular to remark, that, notwithstanding the limits between the Seigneuries and this township have been established and marked in the field by actual survey, this Seigneury has considerably encroached upon the first range of Rawdon, where he has placed Censitaires  under Seignorial titles. The encroachments in question extending as well to the crown and clergy reservations in that range as to the track granted under letters patent to the Bruyeres.

The township of Rawdon is of the usual dimensions of a regular inland Township, that is, 10 miles square; it has been subdivided into 11 ranges, and each range into 28 lots of 200 acres. The new system of laying out the crown and clergy reserves in Blocks has been extended thereto, except in the first and the part of the second ranges, already granted under patent, in which the reserves were appropriated.

 The face of the country in this township is uneven, and in many parts mountainous, from the fourth Range northward. The soil therein, generally, is fit for the cultivation of every species of grain peculiar to this country, and, in various sections, susceptible of the growth and culture of hemp and flax. It contains several small lakes, and is well watered by the River Ouareau and numerous other streams, by which it is traversed and on which are to be found many mill sites. In fact, this Township, as well as those adjoining and lying in that direction, offer many temptations as a fine " pasturing and grazing country”, to use the language of its inhabitants, and possesses, at the same time, the no inconsiderable advantage of the proximity of a large and populous market Town.

 With respect to the state of the population, (composed chiefly of emigrants from Ireland,] and general improvement, I beg leave to refer to the accompanying statement, No. 1 and Will only observe common that the settlements therein have appeared to me in a state of tolerable advancement and progress, considering the disadvantages under which the inhabitants have laboured, from the various causes stated in my former report. I shall only state, in addition there too, that Mr. Alexander Rea was appointed agent for the superintendency of Rawdon, in May 1821, and that he had previously obtained, for himself and a long list of applicants an Order of council for grants of 100 acres to each of them, to be located in this Township and in Killdare. Upon that order several of those individuals were like located to lands in Rawdon from this office; the others received their location tickets from Mr. Rhea, as agent, in which capacity he appears to have conducted the settlement of the Township under his inspection was somewhat more regularity than system than Captain Colclough, who succeeded to him in 1823.

This circumstance may not, however, invalidate the just cause of complaining which has produced Mr. Rea’s removal–but, at that time, it was expected the appointment of another agent would be the means of obviating the difficulties complained of and introduce more order and harmony and a better understanding amongst the settlers. Although it may be a troublesome and embarrassing task, owing to the description and character of some of the people in that settlement, yet it might and ought to have been effected.

Joseph Bouchette, né en 1774 à Québec, est le fils du colonel Jean Baptiste Bouchette, topographe, et de Marie Angélique Duhamel, fille du capitaine Julien Duhamel (1723-1778), de Québec. En 1775, le général Guy Carleton, commandant en chef des forces britanniques en Amérique du Nord, est encerclé par les forces ennemies et ne peut s'échapper. Il a été secouru par le colonel Jean Baptiste qui a sauvé le général et sa famille en les déguisant en pêcheurs français et en les faisant ramer le long du fleuve Saint-Laurent depuis Montréal, à travers les lignes américaines, jusqu'à la ville de Québec. Ce geste audacieux a renversé l'issue de la bataille de Québec (1775), et pour sa part, le père de Joseph a été récompensé par près de 6 000 acres de terre et des avancées militaires considérables par un gouverneur reconnaissant, Sir John Graves Simcoe. Comme son père, la carrière de Joseph Bouchette sera marquée par une tradition de loyauté et de service dévoué à son pays.

En 1790, Joseph entre au service de son oncle, Samuel Holland, le premier arpenteur général de l'Amérique du Nord britannique. (Avant son arrivée au Québec, Holland avait arpenté les Maritimes). L'année suivante, il rejoint son père dans la Marine provinciale de la Royal Navy sur les Grands Lacs.

En 1793, alors qu'il servait sur le lac Ontario, il est entré en contact avec le gouverneur John Graves Simcoe qui lui a demandé d'effectuer le premier relevé du port de York, ce qui incluait la réalisation de cartes des îles de Toronto. 

Bouchette, membre des Volontaires royaux canadiens, reste à York pendant un certain temps pour aider Augustus Jones à arpenter la nouvelle capitale provinciale. Les propositions de Bouchette pour fortifier York comme à Québec n'ont pas été prises en compte, à son grand désarroi après la bataille de York.

À l'automne 1793, le HMS Onondega est échoué par un jeune lieutenant à l'extérieur du port de Toronto et on craint qu'il ne puisse être récupéré avant l'hiver. Après son abandon, Bouchette en a pris le commandement et s'est distingué en réussissant à le remettre à flot et à le ramener à Niagara sur le lac. En reconnaissance de cet exploit, Joseph, âgé de 20 ans, est promu sous-lieutenant en mai 1794.

En 1797, à la cathédrale Notre-Dame de Montréal, Joseph épouse Adélaïde Chaboillez et devient le beau-frère de Simon McTavish et de Rodrick McKenzie de Terrebonne, propriétaire du moulin Manchester à Rawdon.

En 1799, Bouchard est à Halifax où il étudie les tactiques militaires sous les ordres du duc de Kent avec qui il s'est lié d'amitié. En 1801, Joseph revient à Québec pour prendre la relève de son oncle, Samuel Holland, maintenant âgé.

En 1799, Bouchette était à Halifax pour étudier la tactique militaire sous les ordres du duc de Kent, avec qui il s'était lié d'amitié.
le duc de Kent, dont il est devenu l'ami. Il revient à Québec en 1801 pour reprendre les bureaux (qu'il trouve dans un état de grand désordre) de son oncle âgé, Samuel Holland, arpenteur général du Canada. Bouchette réorganise les bureaux et le gouverneur Robert Shore Milnes rapporte en 1802 que "M. Bouchette a parfaitement répondu à l'opinion que nous nous étions faite de lui". À la suite du décès de son oncle, Bouchette le remplace officiellement en août 1803.
Arpenteur général

 Pendant la guerre de 1812, il lève et commande les Volontaires de Québec. En 1813, il est nommé lieutenant-colonel à l'état-major du gouverneur général Sir George Prévost.
Le lieutenant-colonel Joseph Bouchette, nommé arpenteur général de l'Amérique du Nord britannique, examine le territoire du Bas-Canada pour le gouvernement. En 1815, il publie une description topographique de la province du Bas-Canada, qui constitue la somme des connaissances sur le territoire pour l'époque. L'ouvrage, accompagné de quelques cartes essentielles, a été publié à Londres en anglais et en français, et a été mis à jour en anglais seulement en 1815.

1831-1832. Ses cartes régionales et ses deux descriptions topographiques du Bas-Canada sont encore considérées comme une référence essentielle pour la connaissance du territoire.

Extraits du
Rapport de l'arpenteur de 1824
Rawdon, Kildare, Kilkenny
J'ai ensuite procédé à la visite et à l'inspection de Rawdon, Kildare et Kilkenny, sujet sur lequel j'ai eu l'honneur de faire un rapport de Montréal, accompagné d'une communication datée du 24 août dernier, ainsi que de nombreux documents concernant les enquêtes que j'ai personnellement menées à ce moment-là et dont j'ai rendu compte séparément. Je demande donc la permission de m'y référer dans la mesure où ils s'étendent, et d'incorporer dans ce rapport général toutes les observations supplémentaires concernant l'état de ces cantons et leur situation relative avec les seigneuries adjacentes, qui me semblent nécessaires, en commençant par Rawdon.

Ce canton est délimité à l'avant par les lignes arrière de la seigneurie de l'Assomption et de la Chenaie, d'où partent des routes menant au canton. Il est singulier de remarquer que, nonobstant le fait que les limites entre les Seigneuries et ce canton ont été établies et marquées sur le terrain par un arpentage réel, cette Seigneurie a considérablement empiété sur le premier rang de Rawdon, où elle a placé des Censitaires sous des titres seigneuriaux. Les empiètements en question s'étendent aussi bien aux réserves de la couronne et du clergé dans ce rang qu'à la piste concédée par lettres patentes aux Bruyères.

Le canton de Rawdon a les dimensions habituelles d'un canton intérieur régulier, c'est-à-dire 10 milles carrés ; il a été subdivisé en 11 rangs, et chaque rang en 28 lots de 200 acres. Le nouveau système de répartition des réserves de la Couronne et du clergé en blocs a été étendu, sauf dans le premier et la partie du deuxième rang, déjà concédés par brevet, où les réserves ont été appropriées.

La surface du pays dans ce canton est inégale et, dans de nombreuses parties, montagneuse, à partir du quatrième rang vers le nord. Le sol y est généralement propice à la culture de toutes les espèces de céréales propres à ce pays et, dans certaines sections, à la croissance et à la culture du chanvre et du lin. Il contient plusieurs petits lacs, et est bien arrosé par la rivière Ouareau et de nombreux autres cours d'eau, par lesquels il est traversé et sur lesquels se trouvent de nombreux sites de moulins. En fait, ce canton, ainsi que ceux qui le jouxtent et qui se trouvent dans cette direction, offrent de nombreuses tentations en tant que " pays de pâturage ", pour reprendre le langage de ses habitants, et possède, en même temps, l'avantage non négligeable de la proximité d'une ville marchande importante et populeuse.

En ce qui concerne l'état de la population (composée principalement d'émigrants d'Irlande) et l'amélioration générale, je demande la permission de me référer à l'état n° 1 ci-joint et je ne ferai qu'observer que les établissements qui s'y trouvent m'ont semblé dans un état d'avancement et de progrès tolérable, compte tenu des désavantages sous lesquels les habitants ont travaillé, en raison des diverses causes mentionnées dans mon précédent rapport. Je me contenterai d'ajouter que M. Alexander Rea a été nommé agent de la surintendance de Rawdon en mai 1821 et qu'il avait auparavant obtenu, pour lui-même et pour une longue liste de candidats, un ordre du conseil prévoyant l'octroi de 100 acres à chacun d'eux, dans ce canton et à Kildare. En vertu de ce décret, plusieurs de ces personnes ont reçu des terres à Rawdon de ce bureau ; les autres ont reçu leurs billets de localisation de M. Rhea, en tant qu'agent, et il semble qu'il ait mené la colonisation du canton sous son inspection avec un peu plus de régularité que le capitaine Colclough, qui lui a succédé en 1823.

Cette circonstance ne peut toutefois pas invalider la juste cause de plainte qui a entraîné le renvoi de M. Rea, mais, à l'époque, on s'attendait à ce que la nomination d'un autre agent soit le moyen d'éliminer les difficultés dont on se plaignait et d'introduire plus d'ordre, d'harmonie et une meilleure compréhension parmi les colons. Bien qu'il s'agisse d'une tâche difficile et embarrassante, en raison de la description et du caractère de certaines des personnes de cette colonie, elle aurait pu et dû être réalisée.